La sophrologie contre le Burn-Out


Plus d'informations sur la sophrologie  dans l'onglet: A PROPOS / Présentation de la sophrologie ou en cliquant sur le bouton ci-dessous :


Qu'est ce que le Burn-out?


 

 

Les principaux magazines font leur « Une » sur le Burn-out, certains en parlent comme  le nouveau mal du siècle, le terme anglais a envahit la sphère publique, parfois utilisé de façon galvaudée au risque de ne plus bien savoir de quoi il s’agit.

Enjeu social et politique :

Une récente étude menée par le cabinet Technologia (évaluation et prévention des risques professionnels) qui est notamment intervenu auprès de France Télécom, alerte sur l’importance de comprendre les causes et les effets du syndrome d’épuisement professionnel (SEP) et démontre dans un rapport (mai 2014) l’intérêt de le reconnaître comme maladie professionnelle.

En effet, depuis ces dernières années, le gouvernement, les institutions ont menées des réflexions sur la prévention des risques psycho-sociaux, la qualité de vie au travail, des règles morales qui restent insuffisantes en milieu professionnel.
La formation et le partage des pratiques entre les différents acteurs de la santé au travail (psychiatres, médecins du travail, RH, CHSCT, médecins généralistes, psychologues du travail....) semblent plus que nécessaire pour prévenir et traiter les cas d’épuisement professionnel.

Encart Quelques chiffres (Etude Technologia)

  • Estimation du coût social du stress professionnel en France : 2 à 3 milliards d’euros soit 10 à 20 % es dépenses de la branche accident du travail et maladies professionnelles de la Sécurité Sociale)
  • Plus de 3 millions d’actifs ont un risque élevé de faire un burn-out
  • Risque particulièrement élevé chez les agriculteurs (23,5 %), devant les artisans, commerçants et chefs d’entreprise (19,7 %) et les cadres (19 %). Viennent ensuite les ouvriers (13,2 %), les professions intermédiaires (9,8 %) et les employés (6,8 %).

Qu'est ce que le Burn-Out ?

 

L’INRS (Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles) définit le burn-out ainsi :

 

Le syndrome d'épuisement professionnel, ou burn-out, est un ensemble de réactions consécutives à des situations de stress professionnel chronique.

Il se caractérise par 3 dimensions :

 

l’épuisement émotionnel : sentiment d’être vidé de ses ressources émotionnelles,

la dépersonnalisation ou le cynisme : insensibilité au monde environnant, déshumanisation de la relation à l’autre (les usagers, clients ou patients deviennent des objets), vision négative des autres et du travail,

le sentiment de non-accomplissement : sentiment de ne pas parvenir à répondre correctement aux attentes de l'entourage, mise en retrait, dépréciation de ses résultats…

De nombreuses professions demandent un investissement personnel et affectif important. Les salariés exerçant ces métiers peuvent être concernés par le risque de burn-out quand ils en arrivent à ressentir un écart trop fort entre leurs attentes, la représentation qu’ils ont de leur métier (portée par des valeurs et des règles) et la réalité du travail. Cette situation, qui les épuise et les vide « émotionnellement », les conduit à remettre en cause leur investissement initial.

 

Quels sont les facteurs de risque:

  • absence de soutien social (relations insuffisantes ou de mauvaise qualité avec les collègues, les supérieurs, les proches),
  • absence de reconnaissance du travail effectué,
  • manque de contrôle (faiblesse de la participation aux prises de décision, des marges de manœuvre, manque de retour d’information sur l’efficacité du travail),
  • perte de sens du travail,
  • surcharge de travail,
  • sentiment d’inéquité, sentiment d’un manque de réciprocité,
  • demandes contradictoires, manque de clarté dans les objectifs, les moyens…

Comment se manifeste t-il ?

Les manifestations de l’épuisement professionnel, plus ou moins aiguës, peuvent être d’ordre :

  • émotionnel (sentiment de vide, d’impuissance, perte de confiance en soi, irritabilité, pessimisme, évitement des contacts, attitude « bureaucratique »…), 
  • cognitif (difficulté de concentration, indécision, difficultés à faire des opérations simples, altération de la qualité du travail…),
  • physique (fatigue généralisée, maux de tête, de dos, tensions musculaires, problèmes de peau…).
BURN-OUT: Schéma des différentes phases du syndrome d’épuisement professionnel (source :  Technologia) 
BURN-OUT: Schéma des différentes phases du syndrome d’épuisement professionnel (source :  Technologia) 

Bon à savoir :

Toutes les études scientifiques désignent l’épuisement émotionnel comme étant un élément central du burn-out et s’accordent pour dire qu’il s’agit :

  • d’une maladie rattachée directement au travail et au stress chronique
  • de sujets performants et sans passé psychopathologiques
  • un processus long de décrochage et de réorganisation personnels
  BURN-OUT: étapes de la reconstruction (SOURCE INRS)
BURN-OUT: étapes de la reconstruction (SOURCE INRS)

Le test de Maslach

Christina Maslach (chercheuse américaine en psychologie sociale) a mis au point en 1996 une mesure du syndrome d’épuisement professionnel internationalement reconnue, le Maslach Burnout Inventory (MBI).

Le MBI est constitué de 22 items : 9 pour l’épuisement émotionnel, 5 pour la dépersonnalisation et 8 pour l’accomplissement personnel. Chaque item représente une facette de l’évaluation que le sujet peut faire de son travail.

Attention, ce test ne remplace pas le diagnostic et l’entretien que nous recommandons de faire auprès d’un professionnel de santé.

Test en ligne en suivant ce lien :

Quelles sont les actions menées en milieu professionnel ?

Les entreprises ont l’obligation (comme nous l’avons vu dans le dossier spécial) ne mettre en place au sein de leur organisation une démarche de prévention des risques psycho-sociaux et de formation des managers.
Il s’agit de commencer par un pré-diagnostic en recherchant des indicateurs de stress, des données  recueillies par le médecin du travail (absentéisme, plaintes...)
Pour confirmer la présence de ce syndrome , des questionnaires et des entretiens individuels peuvent permettre de comprendre les impressions des salariés pour évaluer les risques et l’ampleur du phénomène et initier une réflexion collective sur les causes possibles de l’épuisement.

Il s’agit de mettre en place de nouvelles relations au travail et d’organisation, un vaste chantier.

Les organisations sont longues à changer, le salarié peut agir, s’il se sent épuisé par son travail :
il ne doit pas s’isoler, il doit faire part de ses difficultés à son entourage (professionnel ou personnel)
il peut consulter le médecin généraliste et demander à parler au médecin du travail

 


Comment la sophrologie peut intervenir ?


Elle ne changera pas les conditions de travail et n’amènera pas pour autant « un management responsable » de l’Entreprise mais elle veillera à proposer des outils pour faire face au quotidien du salarié.

 

Je  peux soit intervenir suite à une demande de l’Entreprise (au sein de son DRH, CE etc), soit à titre individuel, dans mon cabinet, à la demande du salarié, soit vous accompagner dans des cours de groupe ou des ateliers thématiques.

 

 

 - SOPHROLOGIE  en entreprise:

 

La Sophrologie peut en effet intervenir autour d’ateliers de groupes ouverts, fermés, des ateliers et ou séminaires autour de diverses problématiques :

 

Gestion du stress, activer le dynamisme, la  préservation de la santé, travailler sur le bien - être et la performance, sur la surenchère professionnelle pour préserver vie privée et maintenir vie pro, aide à  mieux vivre les changements, facilite le travail et la cohésion d’équipe, sur la gestion de rapports conflictuels entre pairs etc.

 

S’agissant des problématiques plus sérieuses comme le burn out ou les pensées morbides ou encore le harcèlement au sein de l’Entreprise, elle opère en collaboration avec le médecin du travail et le psychologue ou le psychiatre mais ne peut intervenir seule. Elle ne se substitue pas à la médecine du travail, mais l’accompagne. Elle est générale imposée par l’Entreprise soucieuse de trouver des solutions, mais un accompagnement individuel est aussi possible à la demande d’un salarié, à l’extérieur en cabinet.

 

Ces  séances de sophrologie sont d’une grande aide pour les salariés car ils proposent des moments de relaxation et donnent de véritables outils. Elles leur permettent de se détendre, physiquement et moralement, de libérer leurs tensions physiques et psychologiques. La sophrologie est aussi un outil pour développer la confiance en soi et mieux s’affirmer. Elle favorise l’écoute aide à mieux communiquer. Elle stimule l’imagination et la créativité. Elle permet donc de recouvrer son équilibre personnel, une harmonie relationnelle et une meilleure performance au travail.

 

- SOPHROLOGIE  et cours de groupe :

 

Les mardi de 19h30 à 20h30, 19 route des Aires à Olonne sur Mer

 

Programme  de sophrologie et gestion du stress  (5 à 10 séances):

 

Gestion du stress, de la détente mentale et physique, du sommeil, de la confiance en soi et de l'anxiété 

 

Techniques:

 

Apprentissage des techniques de respiration, de détente , de concentration et de lâcher-prise, de visualisation, de relaxation dynamique, de programmation  positive et d'auto-hypnose.

 

Plus d'informations sur les cours de groupe  dans l'onglet: Les cours de groupe ou en cliquant sur le bouton ci-dessous :

 

 

Liens utiles